Exposition: Le fabuleux destin des diamants de Tavernier, à partir du 18 janvier 2018

Nul ne peut dire ce qu’ils sont devenus, mais chacun sait qu’ils furent magnifiques.
Abraham Bosse, qui en fit le portrait gravé vers 1670, les qualifie d’un superlatif simple
et explicite : « les plus beaux ». C’est l’histoire des diamants acquis par Louis XIV auprès du négociant et voyageur Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689) en 1668 que conte l’exposition organisée par L’École des Arts Joailliers, avec le soutien de Van Cleef & Arpels.

_virginie_david_affiche
Leur fabuleux destin s’écrit entre l’Inde du Grand Moghol et la France du Roi Soleil,
entre les mines de diamants de Golconde et le château de Versailles, sur les routes commerciales reliant l’Orient à l’Occident. Parmi les quelque mille diamants rapportés d’Inde par Tavernier et proposés au Roi Soleil en 1668, vingt se signalent par leur splendeur inouïe. Disparus au XIXe siècle, à l’exception du diamant bleu, ils revivent aujourd’hui sous nos yeux.

_virginie_david_dessin diamants tavernier
Abraham Bosse, Représentation de vingt des plus beaux diamants… (vers 1670). Estampe reprise dans Les Six Voyages de Jean-Baptiste Tavernier, Paris, 1676. Photo: François Farges

La restitution de ces vingt gemmes exceptionnelles – révélée ici pour la première fois –  est le fruit d’une collaboration scientifique entre François Farges, professeur
de minéralogie au Muséum national d’histoire naturelle, Patrick Dubuc, maître lapidaire, et L’École des Arts Joailliers. Un tel résultat n’aurait pas été possible sans une approche pluridisciplinaire, croisant recherches en archives, utilisation de sources iconographiques anciennes et recours aux technologies les plus récentes.

Cette vision large de la connaissance est au cœur des missions de L’École des Arts Joailliers. Fondée en 2012,  elle propose au public de s’initier aux savoir-faire, au monde des pierres ou encore  à l’histoire du bijou à travers des cours, des conférences et des expositions, à Paris  et dans le monde. En soutenant la recherche et en rendant possible la restitution  de « vingt des plus beaux diamants» de Louis XIV, L’École confirme sa volonté de contribuer non seulement à la diffusion de la culture joaillière mais aussi à la création du savoir.

_virginie_david_tavernier_shahjahan_louisxiv
L’empereur Shah Jahan sur le trône du Paon, Portrait équestre de Louis XIV de René-Antoine Houasse, Jean-Baptiste Tavernier en costume oriental, Les Six Voyages, édition 1713, Bibliothèque de l’École des Arts Joailliers

La présentation de ces répliques constitue un événement à plus d’un titre.
Elle dévoile d’abord les tailles indo-mogholes du XVIIe siècle, éclipsées par les tailles européennes et oubliées depuis : elle met en valeur leur beauté, leur singularité et tout ce qui les distingue des facettages occidentaux.

Elle permet ensuite de comprendre l’enchantement de Louis XIV face à la splendeur exceptionnelle de ces gemmes, qu’il eut entre les mains à la fin de l’année 1668. Elle illustre enfin les relations qui se tissent à l’époque entre l’Orient et l’Occident dans une Europe qui se passionne pour les cultures lointaines et étrangères.
C’est ce voyage, au cœur des savoir-faire lapidaires et des échanges culturels, que propose l’exposition de L’École des Arts Joailliers.

Voyageur infatigable et en avance sur son temps, Tavernier aurait pu répondre à la question de Victor Hugo : « Voyageur, que veux-tu ? Je veux voir ».

A partir de Jeudi 18 janvier.

L’École des Arts Joailliers, 31, rue Danielle Casanova, 75001 Paris

Conférence le 18 janvier à 20h:
« Jean-Baptiste Tavernier, une vie d’aventures et de diamants au XVIIème siècle »
Conférence le 25 janvier à 20h:
«Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689): ses trésors redécouverts »
© BnF, 30 a. (1065)
© The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN-Grand Palais
© RMN- Grand Palais (Château de Versailles)
Partager cet article

Exhibition Pearls & Jewels of the Gulf at L’École Van Cleef & Arpels, in Dubai

Pearls & Jewels of the Gulf, a collaboration between L’École Van Cleef & Arpels and Cultural Engineering, sheds lights on the history and aesthetic pertaining to pearl diving and jewelery making in the Gulf.

_virginie_david_pearls_Gulf
Pearls from the Gulf

Photo and video archives, objects and artefacts, pearls, jewelery sets and publications invite you to go back in time and discover why pearls are regarded as treasures in the Gulf. Resulting from hazardous and debilitationg journeys, the nacre gems played a pivotal role in the local economies before the discovery of oil and resulted into socio-cultural ramification, extending to long lasting relationships between East and West. In addition, the pearls played a key role in shaping the jewelry culture in the region.

THE PEARL COAST

Reffered to as the Great Peal Bank Barrier, the ridge between Sharjah in the United Arab Emirates and Bahrain is known for large-sized pearls. Its warm and shallow waters attract rich deposits of calcium carbonate, accumulating within oysters to give birth to the nacre gems. The sought-after quality of the pearls attracts divers from Yemen, the Indian Ocean islands, Africa and Oman. By the mid-19th century, most of the Gulf pearls are exported to Mumbai, and journey onwards to Europe and North America, converting Abu Dhabi’s coast, into a meeting point between East and West.

The Persian Gulf
The Persian Gulf

JOURNEY

The journeys to harvest the pearls are long and tedious. Pearls diving boats and their crews head to the pearl banks off the coast between Sharjah and Bahrain, for months at a time. The cold diving season starts in April and lasts until the month of June, which marks the start of the great diving season running until mid October.

CREW

Comprising 18 to 20 men, each pearl diving boat crew has a captain, assisted by a Mijadmi, ( ??) divers, pullers, trainee boys, a cook and a singer (Nahham), who is considered the most important member as his chants help motivate the entire crew while performing of facilitating divers.

TOOLS

The oysters collected are placed in a basket that is hung around a diver’s neck. Other diving tools help protect the divers and ease their work : nose pegs made of bone or wood keep their nostrils closed ; leather finger protectors prevent cuts from oyter shells and rocks on the seabed; a coton suit is worn during jelly fish season in June to avoid stings.

A diver wearing a nose peg
A diver wearing a nose peg

TRADE

After being categorised based on their quality, the pearls are presented on a red cloth to the buyers. Proceeds from the sales are distributed between the captain and the rest of the crew, while the entrepreneur funding the boat and the journey receives the largest portion. Pearls from the region are exported to India, Persia and Turkey and sold in European and Chinese markets.

PEARL QUALITY

The value of a pearl is determined by the best combination of several criteria including size, lustre, colour, surface quality and shape. The weight is measured in carats while the size is indicated in millimetres. Lustre evaluates the sharpness of a pearl’s surface and its reflective quality, which results from the fineness and evenness of the nacre layers distorting and refracting light. Flawless surface and symmetrical shape are highly prized, together whith colourful hues akin to an oyster shell : silvery white, light pink and golden tones are the most sought after.

 

©The Pearl Museum in Dubai-UAE

 

PEARLS & JEWELS OF THE GULF at l’École Van Cleef & Arpels

Hai D3 – Dubai Design District until November 25th, 2017

Free admission

Partager cet article

Registration now open for L’ÉCOLE Van Cleef & Arpels Dubai Classes. Come & join us!

L’ÉCOLE Van Cleef & Arpels, the Paris-based School of Jewelry Arts, announces the opening of registration for its Dubai campus classes and workshops.

Following great success in Hong Kong, Tokyo, and New York, the nomadic campus will be located at Hai d3, in the Dubai Design District, from the 7th to the 25th of November 2017, marking the first visit of L’ÉCOLE abroad program to the Middle East.

VCA-PressroomEcole-ImagesVideos-Ecole-15-BD1

The Dubai edition of the nomadic school will offer 14 adult classes around three broad themes: Savoir-Faire (know-how), Art History of Jewels, and The Universe of Gemstones; as well as five creative workshops for children and adolescents, ages 5 to 16.

france_japon_061VCA-PressroomEcole-ImagesVideos-HistoireArt-011VCA-PressroomEcole-ImagesVideos-Ecole-171

L’ÉCOLE Van Cleef & Arpels in Dubai will be participating in “The Year of Giving” as declared by the UAE President, His Highness Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan. All funds collected from course registrations during the event will be donated to Dubai Cares. Upon registration for the adult classes, students are asked to contribute a minimum donation of AED 400, 100% of which will be donated to Dubai Cares. The creative workshops for children and adolescents are free of charge.

Students are welcome to register via calling the Van Cleef & Arpels hotline (800VANCLEEF (82625333)), or +971 44252740 by email (lecole_me@vancleefarpels.com), or by visiting the website me.lecolevancleefarpels.com. Classes are limited, so prior registration is essential.

The creative workshops, will offer youth the opportunity to explore the creative professions and world of jewelry design. These workshops will take place through local schools’ collaborations during the week, and will be open to the public during the weekends. Classes are open to everyone, with no prior qualification or experience necessary to enroll.

“L’ÉCOLE’s program for Dubai was built in the desire to give back to the Middle East, to share our knowledge alongside local partners on the fine craftsmanship of jewelry and watchmaking,” said Marie Vallanet-Delhom, President of L’ÉCOLE Van Cleef & Arpels. “We are also excited to be part of the “Year of Giving,” where all funds collected from the course registrations will be donated to Dubai Cares. We invite everyone to participate and explore the world of joaillerie.”

The three-week program will present a full set of classes led by professional jewelers, art historians, gemologists, and watchmakers. The classes will be accompanied with evening conversations, several exhibits and other activities around jewelry.

 

For further information, please visit: www.me.lecolevancleefarpels.com

©Van Cleef & Arpels

Partager cet article

Back to school! À l’École des Arts Joailliers

21034417_1090641257734570_1636761105944789277_n

RÉSERVEZ VOTRE COURS A L’ÉCOLE DES ARTS JOAILLIERS

L’École des Arts Joailliers est une école dédiée à l’apprentissage et la découverte du monde de la joaillerie.

L’École propose des cours à la carte d’initiation et d’expérimentation autour de trois thématiques : Histoire de l’Art du bijou, Le Monde des Pierres, et le Savoir-Faire. Ces cours sont dispensés en français ou en anglais, et s’adressent à tous ceux qui souhaitent devenir des amateurs éclairés ; il n’y a pas de pré-requis.

Choisissez votre ou vos cours parmi le programme du lien ci-dessous:

Les cours & conférences

Une équipe composée de deux professeurs anime chaque cours, un maximum de 8 à 12 élèves y assistent.

L’ensemble des cours, ateliers et conférences sont dispensés à Paris, Place Vendôme.

 

Partager cet article

Comprendre la qualité d’un diamant: la règle des 4C

La qualité d’un diamant s’évalue selon l’harmonie de 4 critères, que l’on appelle les 4C, définis par le GIA (Gemological Institute of America) dans les années 50.

LE CARAT

Unité de masse des gemmes : 1 carat = 0.20 gramme.

Pour les diamants de taille brillant (ronde), il y a une correspondance entre le carat et le diamètre de la pierre. Par exemple, un diamant rond d’1 carat mesure 6.5mm de diamètre.

diamond-sizes

LA COULEUR

En joaillerie, les diamants utilisés sont gradés sur une échelle allant de la couleur D (Blanc exceptionnel + ) à la couleur H (Blanc). De la couleur I à Z, le diamant sera d’un blanc nuancé jusqu’à très teinté.

_virginie_david_les4ccolor

LA PURETÉ (Clarity en anglais)

Il s’agit du nombre, de la grosseur et de la position des inclusions dans la pierre. Les inclusions peuvent être solides, liquides, ou gazeuses. La pureté s’observe avec une loupe de grossissement 10 fois.
FL/IF: absence d’inclusions
VVS1 & VVS2 : très, très petite(s) inclusion(s) invisible(s) à l’œil nu et très difficilement visibles à la loupe
VS1 & VS2: très petite(s) inclusion(s) invisible(s ) à l’œil nu et difficilement visibles à la loupe
SI1 & SI2: petite(s) inclusion(s) invisible(s) à l’œil nu et facilement visibles à la loupe
I1, I2 & I3: inclusion(s) visible(s) à l’œil nu

_virginie_david_les4c

LA TAILLE (Cut en anglais)

C’est à dire la forme de la pierre.

Les tailles principales

 

Les 4C sont la référence internationale commune à tous les acteurs de la joaillerie.

Et au-delà de ces critères, l’émotion que procure un diamant en le regardant est tout aussi importante.

 

Partager cet article

La taille marquise ou le sourire de la marquise de Pompadour

Il existe une dizaine de façons de tailler le diamant. La taille marquise se caractérise par 55 facettes. De forme allongée aux pointes effilées, le centre du diamant est ainsi particulièrement lumineux.

 

Les tailles principales
Les tailles principales

 

La taille marquise
La taille marquise

 

L’histoire de la taille marquise remonte au 18ème siècle. Selon la légende, Louis XV (1710-1774) demanda à ses joailliers de tailler un diamant en s’inspirant du sourire de sa favorite, Jeanne-Antoinette Poisson, la marquise de Pompadour.

boucher_marquise_de_pompadour_1756_detail
D̩tail РPortrait de la marquise de Pompadour par Fran̤ois Boucher, 1756

Le nom fait référence à la marquise, rang de noblesse entre un duc et un comte. A la cour, les courtisans portaient un diamant de taille marquise afin de montrer leur rang.

Bague avec un diamant taille marquise de 16.37 carats, Graff
Bague avec un diamant taille marquise de 16.37 carats, Graff

 

Cette forme de diamant est aussi appelée navette car la forme évoque un petit bateau.

 

© D.R.

© Graff

Partager cet article

Une histoire de perles de culture

La perle de culture n’est pas une imitation de la perle fine mais bien une production animale provoquée par intervention humaine.

Les premiers essais de culture de la perle datent du 13ème siècle en Chine où des statuettes de Bouddha étaient introduites comme noyau dans les huîtres. Au 18ème siècle, le naturaliste suédois Carl von Linné entreprit des essais, mais ce sont les Japonais To Kichi Nishikawa, Tatsuhei Mise et surtout Kokichi Mikimoto qui réussissent à mettre au point la technique il y a plus d’un siècle, vers 1895.

Kokichi Mikimoto
Kokichi Mikimoto

Les perles de culture japonaises sont de type Akoya. Elles sont obtenues par introduction d’un noyau de nacre dans des huîtres de mer (Pinctada fucata et Pinctada martensi), et font entre 2 et 9 mm de diamètre. Leurs couleurs varient du blanc, crème, champagne, rose, lavande, au doré ou encore argenté.

Les fermes perlières  existent en mer et en eau douce. Parmi les plus remarquables se trouvent celles en mer de Chine, dans la baie de Sasebo à l’Ouest du Japon.

Baie de Sasebo, Japon
Baie de Sasebo, Japon

 

Perles de culture, Sasebo, Japon
Perles de culture, Sasebo, Japon

 

Plusieurs critères permettent d’évaluer la beauté d’une perle de culture :

  • La qualité de la nacre
  • Le lustre, soit le reflet brillant à la surface de la perle.
  • L’orient, soit l’iridescence semblant se déplacer lorsque l’on fait tourner la perle.
  • La subtilité de la teinte, d’une tonalité chaude comme le rose et jaune ou froide comme le bleu ou l’argent. Ainsi que l’homogénéité des couleurs sur une parure.
  • La surface lisse
  • La taille exprimée en grain (1 grain = 0.05gr)
  • La forme, de sphérique à baroque

Longtemps monopolisée par le Japon, la perliculture se développe aujourd’hui très fortement en Chine mais aussi en Australie pour les perles blanches. La Polynésie française reste le 1er producteur de perles noires mais l’activité se développe aux Philippines, en Indonésie et en Thaïlande.

Perles noires, Polynésie
Perles noires, Polynésie

Les perles de culture représentent 90% du marché.

La perle vient au troisième rang de la joaillerie, après le diamant et l’or. Les principaux consommateurs se trouvent au Japon, en Chine et aux États-Unis d’Amérique.

Au Japon, la perle a tout autant de valeur que le diamant.

Aujourd’hui, loin d’une image surannée, les bijoux montés de perles respirent l’air du temps. Les collections du joaillier-perlier Tasaki en sont l’exemple parfait.

Tasaki
Tasaki

 

Crédits photos :

©Mikimoto

©Virginie David

©Aucoeurduvoyage

©Tasaki

Partager cet article

Back to school! A L’École Van Cleef & Arpels

backtoschool-test-sept-fr-1300x410
 virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid
Vive la rentrée !
Du 5 au 28 septembre, l’ÉCOLE Van Cleef & Arpels propose 9 nouveaux cours inédits de 2 ou 3 heures au tarif unique de 100€.
– Introduction à la gemmologie
– Le diamant, une exception gemmologique
РPratique des techniques joailli̬res
– Pratique de la laque japonaise Urushi
– Initiation au sertissage : de L’École à l’exposition
РLe gouach̩ des pierres
– Jeux de bijoux
– Histoires & Bijoux : de l’École au Musée
– Le bijou Art Nouveau : de l’École au Musée
 virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid
Pour consulter le programme complet et réserver, c’est ICI.
 virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid
_Virginie_david_ecolevancleefarpelsIMG_8138-1024x655
_Virginie_david_cours-de-laque-japonaise-urushi-ecole-van-cleef-arpels
_Virginie_David_ecolevancleefarpels
 virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid virginiedavid

Qu’est-ce que l’ÉCOLE Van Cleef & Arpels?

Créée en 2012, l’ÉCOLE Van Cleef & Arpels a pour mission de faire connaître les métiers d’art de la joaillerie et de l’horlogerie à un public français et international. Il s’agit de la seule école de ce genre au monde.

L’ÉCOLE propose des cours d’initiation et d’expérimentation à la carte, en français ou en anglais, à tous ceux qui souhaitent devenir des amateurs éclairés. Gemmologie, Histoire de l’Art, Savoir-Faire: les élèves s’inscrivent à un ou plusieurs cours, selon leur choix.

Une équipe composée de deux professeurs anime chaque cours. Le cours découverte Premiers pas dans la Joaillerie dure 2h30 et regroupe 25 élèves. Tous les autres cours durent 4h et regroupent 12 élèves.

31 rue Danielle Casanova, 75001 Paris.

© l’ÉCOLE Van Cleef & Arpels

Partager cet article

Les diamants les plus rares sont rouges !

Les diamants rouges sont apparus sur le marché en 1987. Et depuis, seule une vingtaine de diamants a été certifiée comme véritablement rouges par le GIA (Gemological Institute of America). Les plus rares sont d’un rouge intense.

On trouve des diamants rouges au Brésil, en Tanzanie et en Russie, mais le gisement le plus célèbre se situe à Argyle, en Australie. Plus de 90 % de la production mondiale de diamants rouges et roses y sont extraits. Les experts prévoient l’épuisement de la mine avant 2020.

La mine d'Argyle, Australie
La mine d’Argyle, Australie

Composés de carbone, les diamants se forment à 150 km de profondeur, dans des conditions extrêmes de température et de pression. Puis, grâce à la pression magmatique, les diamants remontent vers la surface de la terre.

La formation de diamant
La formation du diamant

La présence d’atomes, autres que l’atome de carbone, colore les diamants. Par exemple, l’atome de bore donne une couleur bleue au diamant.  Le cas du diamant rouge est différent. Ce ne sont pas les atomes qui lui donnent sa teinte. Une modification de pression, au cours de la cristallisation, provoque des anomalies dans la structure atomique et apporte cette couleur rouge.

Chaque année, la vente de diamants roses à rouges, organisée à l’hôtel Beau-Rivage de Genève, crée l’événement. Les enchères sont silencieuses. Les acheteurs font des offres écrites, dans une enveloppe scellée, et le plus généreux l’emporte. La pierre doit être payée dans les quatre jours.

Hôtel Beau-Rivage, Genève
Hôtel Beau-Rivage, Genève

En 2014, Rio Tinto, le groupe minier anglo-australien, a mis en vente 4 diamants rouges dont l’Argyle Cardinal de 1.21 carat alors que la plupart des pierres extraites ne pèsent pas plus de 0.50 carat.  Les diamants rouges se vendent généralement entre 1 et 2 millions de dollars par carat. Mais pour les plus beaux d’entre eux, le prix peut atteindre les 5 millions au carat.

Les 4 diamants rouges de la vente dont l'"Argyle Cardinal"
Les 4 diamants rouges de la vente dont le plus gros, l’Argyle Cardinal, de taille radiant

Parmi les diamants rouges les plus exceptionnels, citons :

  • Le Moussaieff Red: 5.11 carats, taille troïda. Il est le plus gros diamant rouge connu. Certifié « Fancy red », il a été trouvé au Brésil en 1990 et acheté, en 2001, pour 8 millions de dollars par le joaillier Moussaieff.
Le Moussaieff Red
Le Moussaieff Red
  • L’ Argyle Phoenix: 1.56 carat, taille brillant. Il est le plus gros diamant rouge australien jamais extrait. Il a été vendu plus de 2 millions de dollars (ce qui équivaut à un prix de 6 millions de dollars pour un gramme) en 2013.
L'Argyle Phoenix
L’Argyle Phoenix
  • Le Hancock Red : 0.95 carat, taille brillant. Il s’agit du premier diamant rouge mis aux enchères, en 1987. Le Sultan de Bruneï l’a acheté pour 880 000 dollars soit 926 000 dollars le carat. Provenant du Brésil et certifié « Fancy Purplish Red », il présente quelques éclats violets.
Le Hancock Red
Le Hancock Red
  • Le Rod Red, de taille poire, est, quant à lui, le diamant de la couleur rouge la plus pure et la plus saturée.
Le Rod Red
Le Rod Red

Ces diamants ne sont pas toujours destinés à être montés sur une pièce de joaillerie. S’ils le sont, l’acquisition en tant qu’investissement financier n’est jamais très loin.

L’engouement pour les diamants de couleurs est de plus en plus prégnant. De la part des marchés traditionnels (Australie, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de la part des puissances émergentes telles que l’Inde et la Chine.

© Rio Tinto

© Reuters

©DR

Partager cet article

VIDÉO – Les émeraudes: Minéralogie, Gemmologie, Joaillerie

Les émeraudes : Minéralogie, Gemmologie, Joaillerie

Cristaux d'émeraudes ©MNHN – François Farges
Bruts d’émeraudes ©MNHN – François Farges

Découvrez une nouvelle vidéo de L’ÉCOLE Van Cleef & Arpels pour approfondir vos connaissances, aiguiser votre curiosité et « Aller plus loin » au sujet des émeraudes. En partenariat avec le Museum national d’Histoire naturelle et tournée au sein de la Galerie de Minéralogie de Paris.

Cliquez ICI pour voir la vidéo

 

 

Partager cet article