Vente des Bijoux Royaux de la famille Bourbon-Parme : record pour les bijoux de Marie-Antoinette

Sotheby’s Genève a présenté en vente aux enchères, le 14 novembre 2018, l’une des plus importantes collections de bijoux de provenance noble et royale. Titrée « Royal Jewels from the Bourbon Parma Family » (Bijoux royaux de la famille de Bourbon-Parme), cette vente a permis de (re)découvrir les chefs-d’Å“uvre joailliers des plus importantes familles royales d’Europe.

Marie-Antoinette (1755-1793) en 1783 par Élisabeth Vigée Le Brun
Marie-Antoinette (1755-1793) en 1783 par Élisabeth Vigée Le Brun

Descendante de Louis XIV, des empereurs du Saint Empire Romain germanique, du Pape Paul III, la famille de Bourbon-Parme est liée aux majeures familles régnantes d’Europe, des Bourbon aux Habsbourg.

La collection a réalisé près de  47 M d’euros de bénéfices, soit plus de sept fois le montant estimé avant la vente.

Parmi les 100 pièces de la collection, figuraient 10 bijoux provenant de la plus célèbres des reines de France, Marie-Antoinette, fille de l’Impératrice du Saint Empire Romain germanique Marie Thérèse, et épouse du roi Louis XVI. Ces bijoux n’avaient pas été présentés au public depuis plus de 200 ans.

Le moment de la vente d’un pendentif en diamants et orné d’une perle en forme de poire d’une taille exceptionnelle, a été le plus intense de cet événement. Un européen, au téléphone, l’a emporté pour la somme vertigineuse de presque 32M d’euros, après 10 minutes d’enchères. Ce bijou était estimé entre 876  000 et 1M75 euros.

Pendentif en diamants et perle ayant appartenu à Marie-Antoinette. 18ème-s
Pendentif en diamants et perle ayant appartenu à Marie-Antoinette, 18ème siècle.

Un collier à trois rangs de perles a été emporté pour plus de 2M d’euros.

_Virginie_David_ Collier à 3 rangs de perles et diamants ayant appartenu à Marie-Antoinette
Collier à 3 rangs de perles et diamants ayant appartenu à Marie-Antoinette, 18ème siècle.

Une broche en diamants et sertie d’un diamant jaune a atteint la somme de 1M8 d’euros.

_Virginie_David_Broche double noeud en diamants ayant appartenue à Marie-Antoinette, 18ème siècle
Broche double nœud en diamants ayant appartenu à Marie-Antoinette, 18ème siècle.

Une bague en diamants portant les initiales MA et contenant une mèche des cheveux de la reine,  a dépassé toutes les attentes. Ce précieux souvenir de Marie-Antoinette s’est vendu à près de 391 000 euros, soit 50 fois plus cher que son estimation.

_Virginie_David_bague monogrammée en diamants avec mèche de cheveux ayant appartenue à Marie-Antoinette, 18ème siècle
Bague monogrammée en diamants avec mèche de cheveux ayant appartenu à Marie-Antoinette, 18ème siècle.

Ces bijoux ont une histoire remarquable: «Avant d’avoir été placée en captivité, Marie-Antoinette enveloppa soigneusement ses perles, diamants et rubis dans du coton, les plaça dans un coffre en bois et les envoya à Bruxelles. De là, ils ont été emmenés à Vienne, sous la bonne garde de l’empereur autrichien, son neveu. Restitués à la fille de Marie-Antoinette, Madame Royale, à la suite de sa libération en 1795, les bijoux furent ensuite transmis à la famille Bourbon-Parme, qui les ont conservés durant 200 ans. »

Des participants de 43 pays ont pris part à la vente, et 55% des inscrits y assistaient en ligne.

Mis aux enchères en fin de catalogue pour tenir le suspense jusqu’au bout, les 10 bijoux de Marie-Antoinette avaient été présentés, à grand renfort médiatique, à Hong Kong, Dubaï, New York, Londres, Singapour, Taipei et enfin à Genève.

©Sotheby’s

Partager cet article

Genève / Haute Joaillerie / Ventes aux enchères exceptionnelles de diamants de couleurs

Les 10 et 11 novembre 2015, à Genève, capitale mondiale des enchères en haute joaillerie, la vente de 2 diamants, l’un rose, l’autre bleu, a atteint des records.

Genève
Genève

Le premier, un diamant rose baptisé « In the Pink », de 16.09 carats et de forme coussin, a été adjugé à 26,6 millions d’euros par la maison Christie’s. Joseph Lau, un magnat de l’immobilier hongkongais, est devenu l’acquéreur du plus gros diamant de ce type jamais mis aux enchères. Avant la vente, le diamant avait été estimé entre 20.5 et 25 millions d’euros.

Diamant rose « In the Pink », 16.09 carats, taille coussin
Diamant rose « In the Pink », 16.09 carats, taille coussin

Le Gemological Institute of America (GIA) a certifié le diamant « Fancy vivid pink », c’est-à-dire rose vif.
La couleur des diamants est influencée par la structure atomique du minéral. L’atome d’hydrogène combiné à une déformation plastique pendant la croissance de la précieuse gemme donne une teinte rose.
Les diamants roses sont classés en fonction de leur intensité. « Fancy vivid » représente la couleur la plus intense et la plus rare. En effet, depuis sa création en 1766, Christie’s n’a mis en vente que trois diamants roses « Fancy vivid » de plus de 10 carats.
Ce diamant rose doit également sa valeur au fait qu’il est de type IIa, une catégorie extrêmement pure et rare puisque qu’elle représente moins de 2% des diamants dans le monde.

Le second, un diamant bleu, le « Blue Moon Diamond » découvert dans la mine Cullinan en Afrique du Sud, a été proposé à la vente par Sotheby’s. Ce même collectionneur privé de Hong Kong a acheté ce diamant de 12.03 carats, pour 40 millions d’euros. Il s’agit du plus gros diamant bleu de taille coussin jamais vendu aux enchères.

Mine Cullinan, Afrique du Sud
Mine Cullinan, Afrique du Sud
Diamant bleu "Blue Moon diamond",  12.03 carats, taille coussin
Diamant bleu « Blue Moon diamond », 12.03 carats, taille coussin

Selon le commissaire-priseur David Bennett, ce diamant bleu a battu plusieurs records, celui du « diamant le plus cher, quelle que soit sa couleur, et celui du bijou le plus cher vendu aux enchères, et celui du prix au carat ».
Certifié « Fancy vivid blue » par le GIA, sa couleur est des plus rares. La présence de l’atome de bore dans la pierre donne cette couleur bleu.

Le milliardaire a offert les deux diamants à sa fille de 7 ans.

Diamants de couleurs
Diamants de couleurs

Longtemps considérés comme de simples fantaisies, les diamants de couleurs enchaînent les records depuis quelques années. Cette appétence se justifie par la rareté de ces pierres mais aussi grâce à un véritable effet de mode. La demande sur le plan international ne cesse de croître. Les acheteurs viennent des marchés matures comme l’Australie, les États-Unis, le Japon et l’Europe, mais de plus en plus des pays émergents tels que l’Inde et la Chine.

 

Crédits photos:

©Ville de Genève

© Christie’s

© Petra Diamonds

©AP

©Diamonds27

Partager cet article