Une histoire de perles de culture

La perle de culture n’est pas une imitation de la perle fine mais bien une production animale provoquée par intervention humaine.

Les premiers essais de culture de la perle datent du 13ème siècle en Chine où des statuettes de Bouddha étaient introduites comme noyau dans les huîtres. Au 18ème siècle, le naturaliste suédois Carl von Linné entreprit des essais, mais ce sont les Japonais To Kichi Nishikawa, Tatsuhei Mise et surtout Kokichi Mikimoto qui réussissent à mettre au point la technique il y a plus d’un siècle, vers 1895.

Kokichi Mikimoto
Kokichi Mikimoto

Les perles de culture japonaises sont de type Akoya. Elles sont obtenues par introduction d’un noyau de nacre dans des huîtres de mer (Pinctada fucata et Pinctada martensi), et font entre 2 et 9 mm de diamètre. Leurs couleurs varient du blanc, crème, champagne, rose, lavande, au doré ou encore argenté.

Les fermes perlières  existent en mer et en eau douce. Parmi les plus remarquables se trouvent celles en mer de Chine, dans la baie de Sasebo à l’Ouest du Japon.

Baie de Sasebo, Japon
Baie de Sasebo, Japon

 

Perles de culture, Sasebo, Japon
Perles de culture, Sasebo, Japon

 

Plusieurs critères permettent d’évaluer la beauté d’une perle de culture :

  • La qualité de la nacre
  • Le lustre, soit le reflet brillant à la surface de la perle.
  • L’orient, soit l’iridescence semblant se déplacer lorsque l’on fait tourner la perle.
  • La subtilité de la teinte, d’une tonalité chaude comme le rose et jaune ou froide comme le bleu ou l’argent. Ainsi que l’homogénéité des couleurs sur une parure.
  • La surface lisse
  • La taille exprimée en grain (1 grain = 0.05gr)
  • La forme, de sphérique à baroque

Longtemps monopolisée par le Japon, la perliculture se développe aujourd’hui très fortement en Chine mais aussi en Australie pour les perles blanches. La Polynésie française reste le 1er producteur de perles noires mais l’activité se développe aux Philippines, en Indonésie et en Thaïlande.

Perles noires, Polynésie
Perles noires, Polynésie

Les perles de culture représentent 90% du marché.

La perle vient au troisième rang de la joaillerie, après le diamant et l’or. Les principaux consommateurs se trouvent au Japon, en Chine et aux États-Unis d’Amérique.

Au Japon, la perle a tout autant de valeur que le diamant.

Aujourd’hui, loin d’une image surannée, les bijoux montés de perles respirent l’air du temps. Les collections du joaillier-perlier Tasaki en sont l’exemple parfait.

Tasaki
Tasaki

 

Crédits photos :

©Mikimoto

©Virginie David

©Aucoeurduvoyage

©Tasaki

Partager cet article